Développeuse web, la fin du cliché ? Interview et Sondage

Développeuse web, la fin du cliché ? Interview et Sondage


17% des développeurs en France sont des femmes. Simple constat ou triste réalité ? Les femmes sont-elles encouragées à se tourner vers des études en développement web ? Comment expliquer ce manque d'attractivité au sein de l'écosystème IT ? La question mérite d'être posée et c'est donc en tant que plateforme de recrutement spécialisée dans les développeurs, que The Missing One s'est penché sur le sujet. Les développeuses web par Marie et Mathias, c'est parti ! 🚀


Sommaire :

- Femme développeur web ou développeuse web ?

- Moins de femmes dans la tech, un constat évident.

- Et pourtant... les femmes ont du talent.

- Interview : alors pourquoi les inégalités persistent ?

- Etude exclusive de The Missing One : ce qu'en pensent les développeuses web ?

- Un soutien féminin qui se propage dans la Tech.


Femme développeur web ou développeuse web ?

Une association de mots clés "Développeuse" et "web" puis une requête envoyée sur votre moteur de recherche préféré et magie, une plume éditoriale traite enfin le sujet au féminin. Inutile de se le cacher, le monde de la tech requière des connaissances techniques ainsi qu'une culture approfondie de son environnement. Lors de la rédaction de cet article, une réflexion s'est malgré tout posée sur ces termes. Lesquels sont le plus souvent utilisés dans le langage courant et quels sont leur impact sur les internautes souhaitant se renseigner sur le métier de développeur/développeuse web ?

A l'heure où est prônée l'égalité homme-femme, ne pourrait t-on pas penser que le terme développeur est trop connoté masculin et laisse peu de place à la gente féminine dans le choix de leurs études.

Difficile d'apporter une réponse claire et établie. Cependant, c'est ce que nous avons voulu étudier à travers notre enquête. Accrochez-vous, le sujet devrait vous passionner 💥

Femme développeur web ou développeuse web ?

Moins de femmes dans la tech, un constat évident.

Le constat de la place des femmes dans le secteur du numérique et surtout de la tech est plutôt négatif ou plutôt en bonne voie ? A vous d’en décider !

Le constat est simple : il y a de moins en moins de femmes travaillant dans la tech’. S’il y a près de 40 ans, l’informatique battait son plein et attirait les deux genres, cette tendance se dégrade considérablement depuis. " Au moment où la Loi sur l'Égalité des Sexes dans le travail est ratifiée en 2014, l’informatique séduit les femmes en se positionnant comme le 2ème secteur comportant le plus de femmes diplômées avec 20,3%."  Pendant ce temps, la courbe des hommes diplômés de cette filière ne cesse de grimper.

Autre constat élémentaire et précisé par Samia Ghozlane, Directrice de la Grande École du Numérique (GEN), l’écosystème constate une pénurie de profils de manière plus général. Si en 2015, 50 000 postes n’ont pas été pourvus dans cette filière, ce sera autour de 190 000 postes non pourvus d’ici 2022 si rien ne change.

 

Dessin Equipe Développeuses web

« Je mets toute mon énergie pour montrer que les femmes sont tout aussi crédibles que les hommes » Lucie BASCH

Il convient de préciser que nous parlons du secteur du numérique dans sa globalité. En détaillant par type de postes, les femmes sont davantage présentes dans la création web ou la communication digitale et beaucoup moins sur les métiers dits plus techniques.

Quelques chiffres

Stats femmes numériques, développeuse web

Ces chiffres nous poussent à croire que la tendance est plutôt mauvaise. Et c’est pire si nous ajoutons que parmi tous les nouveaux salariés des métiers du numériques de moins de 30 ans, seulement 10% sont de sexe féminin. Et si vous pensez que vers l’entrepreneuriat, le monde est meilleur, vous vous méprenez : seulement 7% des entreprises dans la tech sont dirigées par des femmes (24% dans les autres secteurs) 🧐


Et pourtant... les femmes ont du talent.

« Si les femmes entreprennent souvent en partant d’un besoin, d’un manque observé dans la vie quotidienne, les hommes, selon elles, s’appuient davantage sur des conjonctures opportunes de marchés. "Ces deux façons d’entreprendre sont intéressantes et complémentaires ! » Céline LAZORTHES

Voici quelques femmes qui ont réussi :

  • Lucie BASCH, fondatrice de Too Good To Go, prix « Femme Entrepreneure de l’Année » en 2018 du Prix Margaret.

  • Sophie VIGIER, directrice de l’Ecole 42 ayant pour but de « favoriser l’égalité des chances et rendre le codage et le numérique accessible à tous », intervenante chez techpourtoutes

  • Céline LAZORTHES, fondatrice et dirigeante de Leetchi.com « Il faut plus de femmes dans le numérique, elles pensent les services et les besoins différemment »

  • Julie CHAPON, Co-fondatrice de Yuka

  • Roxanne VARZA, directrice de Station F

    Photos les femmes du numérique ayant réussi, développeuse web

Les femmes dans le numérique, ce serait bien, mais alors pourquoi il y a une rupture entre les femmes et la tech’ ? Pourquoi une développeuse web serait-elle moins performante qu'un homme ? 🙅🏻‍♀️


Interview : alors pourquoi les inégalités persistent ?

Syntec Numérique révèle 6 facteurs expliquant en partie cette inégalité et résumés ci-dessous. En voici une sélection des plus pertinents.

1. STEREOTYPE :

tout comme le métier d’infirmière qui est fortement associée aux femmes, la tech’ est un métier d’hommes, en tout cas, c’est ce que nous renvoie l’image sexuée de ce secteur

Face à cela, Lucie BASCH reste plutôt optimiste :

« Il y a toute une réalité éducative qui commence très jeune et qui "objectifie" le rôle le plus probable pour une femme et un homme dans la société mais les choses changent. Je suis entourée de femmes entrepreneures au quotidien, on les met régulièrement en valeur et c'est une belle preuve que l'on n'est pas cantonné à sa biologie. »

Céline LAZORTHES :

« Ma start-up peine à être considérée comme une boîte techno, alors que 60% de nos salariés sont des ingénieurs, surtout des hommes d'ailleurs, et que nos programmes de R&D sont supportés par la BPI. C’est parce que je suis une femme que les gens renvoient souvent de Leechi l’image d’un truc un peu marketing. »

2. FORMATION :

la perception des études scientifiques vues comme « mathématiques » ou « pour les hommes » (BAC STI2D – 5,9% de jeunes femmes)

Roxanne VARZA :

« Quand on sonde les gens sur le fond du problème et comment l’améliorer, on s’aperçoit que la plupart du temps, l’éducation est la première à être pointée du doigt. »

Roxanne VARZA 

« Par exemple, depuis l’arrivée de sa nouvelle directrice, Sophie Viger, l’École 42 a su attirer plus de femmes. À son arrivée en octobre 2018, 42 ne comptait pas plus de 10% d’étudiantes, aujourd’hui, c’est 25%. »

3. MECONNAISSANCE :

méconnaissance des débouchés, des métiers et des entreprises de l’écosystème

Roxanne VARZA :

« Aujourd’hui, quand vous demandez à quelqu’un de citer une femme de la tech, ce sont presque tout le temps les mêmes noms qui ressortent : Sheryl Sandberg, la COO de Facebook ou encore Marissa Mayer, l’ex-PDG de Yahoo!. Ces femmes ont beau être géniales, elles ne sont pas les seules… Les autres ne sont simplement pas suffisamment mises en avant. »

Pourquoi résoudre ces disparités ?

Angélique GERARD, Directrice Relation Client – Group Iliad

« Le numérique est LE territoire par excellence que les femmes doivent investir puisque c’est là que se construisent le monde et les métiers de demain. Il est même urgent que les algorithmes et les solutions de design tiennent aussi compte des femmes pour ne pas exclure la moitié de la population des défis de la 4e révolution industrielle ! »

Comment les résoudre ?

 Des solutions :

-        Ouvrir les possibles dans les types de formation

-        Réforme du numérique en école dès le plus jeune âge

-        Accorder des fonds

« Aux États-Unis, le pourcentage de fonds attribués à des startups fondées par des femmes a diminué ces dernières années, passant de 4% à 2,2%, tandis qu’en France, il a augmenté. Donc les choses bougent, et des tendances assez positives se dessinent dans l’écosystème français. Même s’il reste encore du boulot. » Roxanne VARZA
Interview : alors pourquoi les inégalités persistent ?, développeuse web


- Etude exclusive de The Missing One : ce qu'en pensent les développeuses web ?

Quel a été votre parcours pour atteindre le métier de développeuse ? Et quel poste occupez aujourd’hui ?

Parmi notre panel, une partie vient d’études de développement informatique classique avec des formations entre bac+3 et bac+5 en écoles d’ingénieurs et publiques. Mais une partie importante de nos répondantes proviennent de reconversion professionnelles et donc généralement de formations courtes. Certaines étaient opticiennes, dans le tourisme, chargées de communication, psychologues et bien d’autres.

Pouvez-vous nous raconter brièvement votre expérience en tant que femme dans les métiers du développement ?

Pour la majorité d’entre elles, le développement est une passion, elles aiment leur métier. Elles évoluent généralement au sein d’équipes composées majoritairement d’hommes mais ont des relations plutôt bonnes avec eux, même si parfois la divergence de centre d'intérêt peut engendrer une relation plus distante. Elles ont donc globalement de bonnes expériences sauf certains cas où le fait d’être une femme impacte sur la vision de leur travail.

Peut-on dire que les femmes sont sous représentées dans le développement informatique ?

Peut-on dire que les femmes sont sous représentées dans le développement informatique ? Développeuse web

 

La réponse est plutôt claire pour l’ensemble des femmes, elles sont sous représentées dans les métiers du développement informatique d'après les études parues et également d’après leurs ressentis personnels.

 

Pensez-vous que les développeuses web ont un traitement similaire à celui des hommes vis à vis de la hiérarchie, de l'équipe ou encore du salaire ?

 Pensez-vous que les femmes développeurs web ont un traitement similaire à celui des hommes vis à vis de la hiérarchie, de l'équipe ou encore du salaire ? Développeuse web

Pour plus de la moitié des femmes interrogées, elles n’auraient pas le même traitement que les hommes dans les métiers du développement informatique. Une partie un peu plus faible pense que le traitement est similaire. Mais dans la grande majorité des réponses, les différences de traitement sont présentes que dans certaines entreprises. Une partie des femmes ont des traitements exactement similaires aux hommes même en cas de minorité et dans d’autres entreprises, les femmes sont traitées différemment tant bien même qu’il y a une forte représentation des femmes dans l’entreprise. Plusieurs femmes n’ont pas répondu à cette question par manque de recul sur la situation. 

Avez-vous déjà été victime de sexisme lors d'une expérience professionnelle ? 

Avez-vous déjà été victime de sexisme lors d'une expérience professionnelle ? Développeuse web

 Même si la majorité n’ont pas connu de sexisme dans leur métier, une part très importante en a subi au cours de leurs fonctions. Même si certaines décrivent ça comme des petites blagues qui amusent, d’autres ont connu des situations plus graves.

Parmi les personnes qui n’ont pas vécu de sexisme dans le développement, beaucoup en ont subi au sein de leurs études ou dans d’autres métiers avant leurs reconversions. 

Quelle est la plus grande difficulté en tant que femme dans un milieu masculin comme l'informatique ?

Pour cette question, une réponse revient très fréquemment. Pour elles, la difficulté majeure est d’imposer son opinion et à faire asseoir son autorité. Elles doivent souvent fournir plus de travail pour être bien considérée. Le droit à l'erreur serait vu comme plus permissif chez les hommes que chez les femmes. Elles ont “l’impression qu’il faut en faire plus pour justifier leurs positions”. 

Que pouvez-vous dire à une femme qui hésite à devenir développeuse ?

Nos développeuses web interrogées ont toutes rédigé de courts messages d’encouragement, en voici une sélection.

  • “Fonce, le métier est intéressant et peu importe les sexistes que tu croiseras sur ta route, tu trouveras toujours une équipe correcte !”
  • “Si ça te passionne n'hésite pas et fonce faire une belle carrière.”
  • “Ça va être dur mais il y a des gens bienveillants vers qui se tourner qui facilitent les choses et le métier en lui-même en vaut la peine.”
  • “il faut foncer, aujourd'hui de plus en plus d'entreprises ont compris que les femmes avaient leur place dans ce métier.” 🦸‍♀️


- Un soutien féminin qui se propage dans la Tech.

Une multitude de sites, blog et communautés ont émergé ces dernières années pour montrer que beaucoup de femmes ont fait carrière dans la tech. Il y a également des conférences et des rencontres pour continuer cet élan de soutien. Les plus connus sont Duchess, Women who code, Ladies of code, Girls in Tech et bien d’autres, il en existe de nouveaux très régulièrement.

A travers notre enquête, nous sommes arrivés à deux interrogations que voici :

  • Pensez-vous que développer l’accès à l’information aux élèves avant leur arrivée dans le post bac permettrait d’accroître la diversité des filières techniques telles que le développement informatique ?
  • Pensez-vous que les instances de socialisation actuelles peuvent évoluer pour changer l’image des métiers techniques tels que le développement informatique ?

Nous vous remercions pour la lecture de notre article sur les femmes dans la tech et notamment les développeuses web.

Pour ne pas manquer les prochains, abonnez-vous à la page The Missing One. ⚡️🤙

Un soutien féminin qui se propage dans la Tech., développeuse web